obligations souverraines afrique sub-saharienne

Les obligations souveraines d'Afrique subsaharienne attirent encore plus d’investisseurs

(Agence Ecofin) - Le Ghana qui sollicitait 750 millions $ à travers l'émission de son tout dernier eurobond, a finalement reçu un carnet d’ordres de 4 milliards $ de la part des investisseurs, a-t-on appris d'un communiqué donné par le Ministère des finances. Cette obligation sera remboursée en principal en trois tranches tous les mois de septembre, entre 2020 et 2022. Elle est assortie d'un taux d'intérêt de 9,25% qui, bien qu'important, demeure en deçà de celui servi à l'avant dernier eurobond du pays (10,25%).

 L’appétit des investisseurs pour les obligations souveraines émises par certains pays d'Afrique subsaharienne est perceptible depuis la mi-avril 2016. A titre d'exemple, le rendement de l'eurobond émis par le Cameroun au mois de novembre 2015 pour un coupon initial de 9,5%, s’affichait à 7,5% au 8 septembre 2016.

Cette évolution signifie que les investisseurs ont payé chaque titre au-dessus du prix d'émission ce qui traduit un certain degré de sollicitation. 

Au mois de février, l'obligation camerounaise affichait pourtant un rendement de 12,5%, soit un écart positif de 3 point de base sur le taux initial, signe du désintérêt des investisseurs. Ces évolutions, concernant le Cameroun et le Ghana, doivent être comparées avec celles de la Zambie qui attirent aussi les investisseurs, quoi qu’à un rythme plus modéré, et du Gabon dont le dernier rendement (7,5% au 8 septembre 2016) pour son dernier eurobond est au-dessus du coupon (taux d'intérêt) d'émission de 6,5%.

Cette dynamique qui se déroule sur le marché secondaire entre les investisseurs ne change rien pour les pays, notamment pour ce qui est de leurs engagements à payer le principal et les intérêts des sommes empruntées. Mais comme on le constate avec le Ghana, elle indique que les investisseurs sont prêts à accorder des taux inférieurs pour les emprunts de ces pays. Cette baisse des taux (indicateur de perception des risques par ceux qui prête de l'argent), ne veut pas dire que les investisseurs ont changé leur perception du risque que représentent ces pays. 

Sur le marché international des obligations où on retrouve aussi celles des pays européens, des USA et des pays asiatiques, les seuls titres qui donnent encore droit à des taux supérieurs à 4% se retrouvent en Afrique subsaharienne. En plus des défis de gouvernance et de sécurité, les économies de cette région sont toujours négativement impactés par la hausse des taux de change de leurs devises, qui elle-même est le corollaire du repli des matières premières, leurs principales sources de revenus.

Aussi, le volume global de ces obligations très rentables est assez faible. L'encours global des eurobonds d’Afrique subsaharienne était, à la fin 2015, de seulement 40 milliards $. Des analystes suggèrent donc que les gouvernements de ces pays ne doivent pas se fier à l'inversion des taux pour solliciter de nouveau le marché international de la dette, s'ils n'ont pas la capacité d'analyse des différentes dynamiques et fluctuations qui l'encadrent actuellement. Plusieurs opérations de ce type annoncés dans la région ont été annulées ou repoussées, du fait des conditions peu favorables du marché.


Partager :

Articles liés

Diplomatie économique: la Côte d’Ivoire s’ouvre aux entrepreneurs mauriciens

  • 25 oct., 2017

Après avoir été minée par les séquelles d’une guerre civile, la Côte d’Ivoire s’est fixée comme objectif de reconstruire son économie. Pour ce faire, le pays a ouvert ses frontières aux investisseurs étrangers. Dans cette optique, 700 hectares de terre ont été alloués à Maurice par le gouvernement ivoirien à travers l’Africa Fund pour le développement d’une Zone économique exclusive, ainsi qu’une technopole à Abidjan, sa ville économique.Un certain nombre [...] Lire la suite

Les pépites réunionnaises de l'innovation

  • 12 sept., 2017

Lancée en 2013 par la Technopole de La Réunion, la cinquième édition du concours de création d’entreprises innovantes a vu émerger des projets valables. Ce concours constitue un tremplin pour les porteurs de projet car il ajoute l’éventualité pour les lauréats de se faire accompagner par l’Incubateur de la Technopole. Agréé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, cet incubateur public peut, en effet, leur proposer un [...] Lire la suite

Les capitaux étrangers injectés en Afrique sur de nouveaux projets ont augmenté de 40% en 2016

  • 05 sept., 2017

Les capitaux étrangers injectés pour de nouveaux investissements en Afrique ont augmenté de 40% en 2016 pour atteindre 92,3 milliards $, apprend-on du rapport 2017 sur les Investissement en Afrique, publié par le Financial Times. Mais dans le même temps le nombre de nouveaux projets bénéficiaires de ces fonds a reculé de 16% à seulement 602.Selon Adrienne Klasa, la responsable de la publication, cette dynamique s’explique par une amélioration des [...] Lire la suite


DERNIER FLUX RSS